top of page

Le travail social, "en guerre" ?

LE HUBLOT SOCIAL

C'est le fruit d’une démarche collective menée par et pour les personnes concernées de près ou de loin par le travail social.

 

Tout en préservant l’anonymat des participant·e·s, nous recueillons tout type de témoignages dans le but de rendre visible, à soi et aux autres, les multiples facettes des secteurs du social et médico-social.

 

Grâce à la diversité des points de vue, nous souhaitons constituer une base de données qui pourrait permettre de réfléchir et d’agir collectivement.

UNE RECHERCHE...

“Comprendre pour expliquer”

Sans prétendre définir ici ce qu’est une recherche, nous avons cependant retenu une entrée sociologique.

 

Pour toute personne concernée par le travail social, cette démarche consiste plus particulièrement à questionner ce qui est normal(isé) ou banal(isé) (“on a toujours fait comme ça”), ce qui est caché, invisible ou indicible au quotidien.

Par cette démarche, nous n'entendons pas dénoncer publiquement des personnes, mais bien inviter à questionner les problèmes du quotidien dans un cadre sécurisé et réflexif.

POURQUOI CE TITRE ?

Lors des différentes allocutions présidentielles, un champ lexical guerrier fut utilisé pour caractériser la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19. Si les mesures de confinement s’adressaient à l’ensemble de la population française, le corps médical fut appelé à “combattre” l’épidémie et les autres professions d’utilité publique à poursuivre leurs activités. Toutefois, certaines catégories de personnes ont été oubliées: c’est le cas notamment de celles qui sont concernées par travail social.

À nos yeux, l’oubli dont ce dernier a fait l’objet est révélateur d’un manque de reconnaissance plus général. Une guerre qui aurait commencé bien avant le confinement ?

 

Nous invitons les personnes à questionner cette “guerre”, à porter leur regard sur la situation et, plus globalement, sur l’état de santé du travail social.

QUI SOMMES-NOUS ?

Professionnel·le·s et étudiant·e·s du social, nous nous disons chercheurs et chercheuses de “plein air”.

 

Au sein de la cuisine de cette recherche, ouverte et accessible, nous combinons des savoirs savants aux savoirs expérientiels, constituant un point de rencontre entre la théorie et la pratique.

... DE PLEIN AIR ?

Nous nous sommes saisi·e·s de la définition proposée par le sociologue Michel Callon, qui l'oppose à la recherche “confinée” de laboratoire. Une recherche de “plein air” se caractérise par l'appropriation d'une démarche de chercheur ou de chercheuse par et pour les personnes concernées dans un univers spécifique, ici le travail social.

bottom of page